Tridevi "trois déesses" est une trinité de la divinité suprême de l'hindouisme, combinant un trio de déesses distinguées soit comme une version féminine de la Trimurti, soit comme épouses d'une Trimurti masculine. Typiquement, Saraswati, Lakshmi et Parvati, trois déesses hindoues, représentent cette trinité. Ces trois déesses sont des représentations de Mula-Prakriti ou Adi Parashakti dans la religion shaktique. Les déesses Tridevi servent d'épouses et de divinités auxiliaires aux dieux masculins Trimurti les plus importants dans les religions hindoues androcentriques traditionnelles. Dans le shaktisme, les dieux masculins Trimurti sont rétrogradés au statut de divinités supplémentaires en tant qu'agents du féminin Tridevi. En revanche, les déesses féminines Tridevi se voient attribuer les rôles de premier plan de créatrice (Mahasaraswati), de conservatrice (Mahalakshmi) et de destructrice (Mahakali). Ici, nous avons parlé des trois déesses suprêmes de la mythologie hindoue.

Mahalakshmi - La déesse de la richesse

Tridevi - Trois déesses suprêmes dans la mythologie hindoue - Mahalakshmi - La déesse de la richesse
Tridevi - Trois déesses suprêmes dans la mythologie hindoue - Mahalakshmi - La déesse de la richesse

La déesse hindoue de la richesse, du bon augure, de la pureté, de la prospérité et de la générosité est connue sous le nom de Sri Mahalakshmi ou Lakshmi. Elle respire la grâce, l'attractivité et le charme aussi. La mythologie indienne présente la déesse forte et bien connue Lakshmi. En réalité, Lakshmi, ou Shri, est également représentée dans les monuments bouddhistes et jaïns. Les temples bouddhistes comprennent les premières représentations anciennes de Devi Shri. La forme de base laksa en sanskrit, qui signifie voir ou percevoir, est à l'origine du terme « Lakshmi ». Cela a également la même signification que "laksa", qui signifie but, but ou objectif. Ainsi, Lakshmi est une déesse qui est vénérée comme un outil pour atteindre un certain nombre d'objectifs, le principal étant le succès financier.

Lakshmi, l'épouse de Sri Maha Vishnu, prend également l'apparence de Sita lors de l'avatar de Rama et de Rukmini et Radha lors de la manifestation de Krishna. En tant que Lakshmi, elle est souvent représentée comme une femme incroyablement belle assise sur un lotus entièrement fleuri, tenant des pots d'or dans sa troisième main, des bourgeons de lotus dans ses deux autres mains et récompensant avec bienveillance toutes les personnes qui l'approchent pour obtenir de l'aide. Des éléphants se tiennent de chaque côté d'elle, signifiant son rang royal.

En tant que déesse de la richesse, Lakshmi porte également de la luxueuse soie cramoisie et est entièrement ornée d'or et de belles pierres. Les quatre mains de Lakshmi représentent quatre vertus spirituelles. Elle est assise sur un lotus entièrement ouvert, qui représente le trône de la Vérité Divine. Son éclat joyeux représente l'harmonie mentale et spirituelle. Autour d'elle règne une paix et une prospérité perpétuelles. Avec son épouse, Vishnu, Sri Mahalakshmi est également vue allongée sur l'Adishha (lit de serpents). On peut voir Lakshmi presser les pieds de Vishnu alors qu'il est dans la position Ananta Shayan (couchée).

Parvati - La déesse du pouvoir

Tridevi - Trois déesses suprêmes dans la mythologie hindoue - Parvati - La déesse du pouvoir
Tridevi - Trois déesses suprêmes dans la mythologie hindoue - Parvati - La déesse du pouvoir

La divinité féminine ultime, Shakti, est représentée par Parvati Devi dans la mythologie hindoue. Bien qu'elle soit une gentille déesse mère, elle est réputée pour montrer toute sa force et son pouvoir lorsque les choses sont les plus désastreuses. Elle est considérée par les Shaktas comme la manifestation suprême de la Divine Shakti et la source de toute force cosmologique. La mère de Ganesha (le Seigneur à tête d'éléphant) et de Kartikeya est Parvati, la fille d'Himavan, le monarque de l'Himalaya, qui est une incarnation de Sati, la première épouse du Seigneur Shiva (Muruga ou Skanda).

Le Devi est souvent représenté comme ayant deux bras et assis sur un lion ou un tigre. Généralement pacifique, cette déesse est également réputée pour assumer des personnages plus menaçants comme Kali, Durga, Chandi et Mahavidyas. Malgré le fait que Parvati soit absente de la littérature védique, Uma-Haimavati, l'essence féminine du Suprême Brahman, est discutée dans le Kena Upanishad. La triade védique d'Agni, Vayu et Indra apprend d'elle Brahman. Le Mahabharata et le Ramayana désignent Parvati comme l'épouse de Shiva. Les Puranas, qui datent du IVe au XIIIe siècle, et Kalidasa, qui a vécu au Ve siècle, racontent tous deux en détail les contes de Sati-Parvati et de Shiva. Au Yagna de son père Daksha, Sati, l'ancien moi de Parvati, se suicide (rituel sacrificiel). Lorsque Sati visite le Yagna contre les désirs de son mari, Daksha la nargue en plus de refuser de reconnaître Shiva comme son gendre.

Lorsque Shiva apprend le décès de Sati, il s'indigne. Il se désintéresse à cause de son chagrin et s'isole dans les montagnes. Entre-temps, Sati renaît à nouveau sous le nom de Parvati (fille de Himavat et Mainavati). Elle se rend fréquemment dans la grotte où Shiva fait pénitence, la nettoie et y fait une puja quotidienne. Mais elle a tellement le cœur brisé qu'elle choisit d'accomplir elle-même une pénitence douloureuse dans le but de l'apaiser alors qu'il n'ouvre même pas les yeux pour la regarder. Elle se déshabille, refuse de manger et de boire, puis commence à faire pénitence dans l'environnement aride de l'Himalaya. Shiva approuve son amour pour lui et consent à l'épouser. Après cela, ils continuent à vivre sur le mont Kailas, la maison de Shiva.

Saraswati - La déesse de l'apprentissage et de la connaissance

Tridevi - Trois déesses suprêmes dans la mythologie hindoue - Saraswati - La déesse de l'apprentissage et de la connaissance
Tridevi - Trois déesses suprêmes dans la mythologie hindoue - Saraswati - La déesse de l'apprentissage et de la connaissance

La déesse hindoue de l'éducation, de l'apprentissage, de la musique et des arts est Saraswati. La rivière védique Saraswati a également été utilisée pour symboliser et comparer Saraswati. Elle est l'épouse de Brahma, le dieu créateur hindou. Elle complète l'ensemble des divines Tridevi (les trois déesses, tout comme la Trinité céleste) avec Parvati et Lakshmi. Les Vedas sont considérés comme la progéniture de Saraswati dans l'hindouisme. En Inde, la déesse Saraswati est vénérée comme un moyen d'apprendre et de comprendre. De plus, Saraswati est une figure importante du bouddhisme Mahayana. Elle apparaît pour la première fois dans un Mahayana Sutra, le Golden Radiance Sutra de la fin du 4ème ou du début du 5ème siècle.

Devi Saraswati est souvent représentée comme une superbe femme à la peau blanche, vêtue uniquement de vêtements blancs, assise sur un lotus blanc Nelumbo nucifera. Le cygne lui sert de vahana, ou char, et représente le fait qu'elle est enracinée dans la connaissance de la Vérité Absolue. Elle possède ainsi à la fois une connaissance et une expérience de première main de la plus haute réalité. Le blanc est la teinte la plus souvent associée à Saraswati car elle représente la pureté de la vraie sagesse. Elle est aussi parfois liée à la couleur jaune, qui est la teinte des fleurs de la plante de moutarde, qui fleurissent lors de sa fête au printemps. Contrairement à la déesse Lakshmi, Saraswati est représentée comme portant des vêtements très modestes, peut-être comme une représentation d'elle.

En règle générale, Saraswati est représentée avec quatre membres, chacun représentant l'une des quatre facettes de la personnalité humaine liées à l'apprentissage : l'esprit, l'intellect, la conscience et l'ego. Au lieu de cela, les quatre bras pourraient alternativement remplacer les quatre Vedas, qui sont les principaux textes sacrés pour les hindous. Les trois genres littéraires sont chacun représentés par l'un des Védas : la poésie est représentée par les hymnes trouvés dans le Rigveda ; la prose se trouve dans le Yajurveda, et la musique est représentée par le Samaveda. Le livre d'une part représente la prose, le chapelet de cristal représente la poésie et la veena représente la musique. Le pot d'eau bénite représente la pureté dans chacun d'eux, ou leur capacité à purifier la pensée humaine.

Près de ses pieds se trouve souvent un cygne blanc. Il est indiqué que le cygne sacré ne peut boire du lait que lorsqu'il reçoit une combinaison de lait et d'eau. Ainsi, la distinction entre le bon et le méchant ou l'éternel et l'éphémère est représentée par le cygne. La déesse Saraswati est également connue sous le nom de Hamsa-Vahini, qui se traduit par "celle qui a un cygne comme véhicule" en raison de son lien avec le cygne. À l'occasion, un paon est représenté à côté de la divinité. Avec un paon comme cheval, la déesse encourage les hindous à être intelligents en ce qui concerne la vérité éternelle et à ne pas se soucier de l'apparence extérieure, que le paon symbolise comme arrogance et vanité sur sa beauté.

Lisez aussi: Top 10 des dieux et déesses japonais

1,602 Vues